Imprimer cette page
  • Augmenter la taille du texte
  • Réduire la taille du texte
  • Enregistrer la page au format PDF (maximum 1,5 Méga-octets)
  • Envoyer cette page à un ami

S'abonner au flux RSS des actualités

Évènement, Découvrir l'hôpital

L'ACA fête ses 10 ans !

Mis en ligne le lundi 14 octobre 2019

Le service d'Anesthésie Chirurgie Ambulatoire (ACA) a fêté ses 10 ans ! Déjà 10 ans que l'ACA du CHBA a pris possession de ses nouveaux locaux. Focus sur un service en constantes évolutions.

Un service d'ACA, c'est quoi ?

L'ACA accueille des patients nécessitant une prise en charge au bloc opératoire et relevant d'une hospitalisation de moins de 12h, toutes spécialités chirurgicales confondues.

1- Explications générales


Décrite pour la première fois en Écosse en 1909, la chirurgie ambulatoire a connu depuis les années 80 un développement considérable aux États-Unis et dans plusieurs pays européens, notamment en France. Cette pratique associe qualité, sécurité, réduction des délais et optimisation de l'organisation des soins, mais aussi réduction du taux des infections nosocomiales et amélioration de la satisfaction des patients.

La chirurgie ambulatoire se définit comme les actes chirurgicaux programmés, réalisés dans les conditions techniques nécessitant impérativement la sécurité d'un bloc opératoire, et suivis d'une surveillance postopératoire permettant, sans risque majoré, la sortie du patient le jour même de son intervention.

La chirurgie ambulatoire est une alternative à l'hospitalisation de l'activité de chirurgie autorisée. Elle est pratiquée dans les établissements de santé. Les prestations délivrées équivalent par leur nature, leur complexité et la surveillance médicale qu'elles requièrent, à des prestations habituellement effectuées dans le cadre d'une hospitalisation à temps complet.

Au-delà de sa stricte définition, la chirurgie ambulatoire renvoie à un concept d'organisation avec des étapes de prise en charge des patients concentrées dans le temps. Les structures de chirurgie ambulatoire doivent être aisément identifiables par les usagers ; elles sont organisées en une ou plusieurs unités de soins individualisées et disposent de moyens dédiés en locaux et en matériel. Elles disposent également d'une équipe médicale et paramédicale, dont tous les membres sont formés à la prise en charge à temps partiel ou à celle d'anesthésie ou de chirurgie ambulatoire.

 

2- Au CHBA, comment ça se passe ?
 

  • Un environnement adapté 
     Persuadé que l'environnement participe à la bonne prise en charge du patient, le CHBA a complètement revu le système de stationnement pour faciliter l'accès aux services de l'hôpital. Aux abords de l'ACA, si le parking gratuit 3 heures se trouve à seulement quelques minutes à pieds, un dépose-patient a également été mis en place devant les portes du service. 
     Une proximité d'autant plus importante que le CHBA accueille régulièrement des publics fragiles tels que les personnes âgées, les enfants, et les personnes en situation de handicap. Une prise en charge spécifique que le CHBA maîtrise et s'attache à faire vivre : la décoration du service ACA parle d'elle-même, les voiturettes destinées aux enfants se rendant au bloc ont fait leur preuve, tout comme la collaboration avec M. Jacob, président de l'association Handifaction, qui œuvre au quotidien pour une meilleure prise en charge des personnes en situation de handicap dans les hôpitaux.
     
  • Une technique maîtrisée
     Si toutes les spécialités sont possibles en ambulatoire (ophtalmologie, ORL, Orthopédie, Urologie, Gynécologie, Chirurgie digestive, vasculaire), certains actes opératoires très spécifiques sont proposées tels que la prothèse du genou, la prothèse de la hanche, l'hystérectomie… En tant d'établissement public, la mission du CHBA est en effet, de proposer des interventions plus complexes et plus spécifiques.
    Des techniques variées d'anesthésie sont également proposées : Anesthésie Générale, Rachianesthésie, Bloc loco-régionnal, hypnose et anesthésie locale suivant le geste à réaliser. 
     L'hospitalisation se fait sur la journée et le retour à domicile s'effectue le jour même de l'intervention chirurgicale.
    Une prise en charge en ambulatoire impose la présence d'une tierce personne pouvant accompagner le patient le matin et être présent le soir et la nuit qui suivent l'intervention. Toutefois, en cas de problème, le service peut être contacté 24/24. De même, une infirmière systématiquement le patient, au lendemain de son intervention. 
     En fonction du type de chirurgie et de l'état de santé du patient, deux modalités de prises en charge sont proposées : fauteuil ou lit.
    2 types d'hospitalisation sont différenciés :
    - Ambulatoire court où l'hospitalisation est courte, 6 heures ou moins,
    - Ambulatoire long avec une hospitalisation de 10 à 12 heures.

Et parce que le patient et son parcours sont au cœur de préoccupations, plusieurs « patients traceurs* » ont d'ores et déjà été accueillis au sein du service, dans l'idée de proposer une prise en charge toujours mieux adapté aux patients.

*La méthode du patient traceur est une méthode d'amélioration de la qualité des soins en équipe pluriprofessionnelle et pluridisciplinaire. Elle permet d'analyser de manière rétrospective la qualité et la sécurité de la prise en charge d'un patient tout au long de son parcours dans l'établissement ainsi que les interfaces et la collaboration interprofessionnelle et interdisciplinaire afin d'identifier et de mettre en œuvre des actions d'amélioration. Elle prend en compte l'expérience du patient et de ses proches. Source : Haute Autorité de Santé

700

525